SES ORIGINES

L'Association voit le jour le 1er mars 1927, au cœur de Bruxelles...

A l'entre-deux guerres, un collectif de parents de personnes en situation de handicap, décide de créer «Les Solidaires des Estropiés Travailleurs». Dès 1952, l’initiative devient «Les protecteurs des Ouvroirs pour Estropiés et Aveugles Travailleurs». Le Fonds National de reclassement social des handicapés agrémente en 1964 l’initiative comme 11ème « Atelier Protégé », conformément à l'arrêté royal du 5 juillet 1963. A partir du 1er janvier 1991, les activités du Fonds National sont communautarisées et confie cet agrément au Service Bruxellois de la Personne Handicapée, devenu aujourd’hui le Service PHARE.

 
 

En 1927, L’acte constitutif (les statuts) de l'ASBL, désigne la « Mutuelle des Estropiés » comme secrétaire parmi les autres administrateurs. Dans les statuts de 1952, nous retrouvons des liens entre l’ASBL et la « Fédération des invalides du travail et de la paix ». Fédération d'arrondissement de Bruxelles-Nivelles mutuelle des estropiés, aveugles et sourds-muets solidaires des estropiés travailleurs.

En 1974 apparait l’implication significative de Union National de Mutualités Socialiste (UNMS), de la Fédération des Mutualités Socialiste du Brabant (FMSB), de la Fratenelle Tramwaymen et de la Fédération Nationale pour la Promotion des Handicapés (FNPH).

L’association a depuis toujours pour but d’améliorer la situation matérielle et moral des personnes en situation de handicap, en leur proposant du travail dans son «Ouvroir pour infirme rééduqué» ou à leur domicile. C’est d’ailleurs en 1997 que l’ASBL décide de changer sa dénomination pour devenir «L’Ouvroir».

De nombreuses personnes estropiés de la guerre ou en situation de handicap, et refusant toute aide caritative, décident de participer par leur travail à la vie socio-économique. Malgré leur handicap, de naissance ou encouru durant la vie, ils ont constitué par leur courage et leur motivation la base de l’atelier tel qu’il se présente aujourd’hui. L’Ouvroir occupe depuis toujours près 35 travailleurs.

Incontestablement l’une des toutes premières entreprises de travail adapté en Belgique, l’Ouvroir verra passer de multiples métiers et entretiendra des savoirs-faires tels que : le cannage, le garnissage, le rempaillage, la vannerie, la cordonnerie, la reliure, la dorure, le brochage, la mise sous bande, le lavoir, la blanchisserie, la mise en forme de vêtements, le pliage et le mailing manuel ou automatisé. Demain d’autres métiers tels que la digitalisation et la revalorisation de ressources usagées viendront prendre place à la liste ouverte des activées.

 
 

L'Ouvroir aujourd'hui

Malgré leurs handicaps physiques ou mentals, chacun de nos travailleurs sont des spécialistes dans leurs domaines. Pour les personnes issues de l’enseignement spécialisé, le niveau de qualification scolaire est relativement faible. L’ETA devient pour la plupart d’entre eux une des seules débouchées professionnelles, actuellement envisageable. Depuis toujours, la politique de recrutement de L’Ouvroir met l’accent sur l’accueil des stagiaires d’écoles. Engagé relativement jeunes, ils ont alors l’opportunité d'accomplir un parcourt stable et enrichissant dans notre entreprise de travail adapté. Cette démarche inclusive vise concrètement à être une charnière entre l’enseignement et le monde du travail pour contribuer à l’émancipation des adultes de demain.

Découvrir l'équipe